top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Vers une politique répressive dans la justice des mineurs selon Gabriel Attal



Le premier ministre Gabriel Attal a récemment annoncé une réflexion sur des mesures répressives dans le domaine de la justice des mineurs. Ces propositions, telles que la comparution immédiate à partir de 16 ans et des atténuations de l'excuse de minorité, traduisent un virage répressif dans la politique pénale vis-à-vis des jeunes délinquants.


Contexte et motivations de la réflexion

Lors d'un déplacement à Viry-Châtillon, Gabriel Attal a présenté les grandes lignes de la concertation demandée par le président Emmanuel Macron sur la violence des jeunes. Suite à plusieurs incidents, dont la récente mort tragique de Shemseddine, 15 ans, le gouvernement cherche à répondre de manière plus ferme à ces situations. Gabriel Attal appelle ainsi à un "sursaut d'autorité" pour faire face à ce phénomène.


Les mesures envisagées

Gabriel Attal a détaillé trois axes de réforme dans la justice des mineurs, tous axés sur une approche plus répressive. Premièrement, la possibilité d'instaurer une comparution immédiate devant le tribunal pour les jeunes dès l'âge de 16 ans. Ensuite, il est question de travailler sur une mesure de composition pénale sans juge pour les mineurs dès 13 ans. Enfin, des atténuations de l'excuse de minorité sont évoquées, bien que les détails de cette mesure restent à préciser.


Objectif : lutter contre l'impunité et promouvoir la sanction immédiate

L'objectif affiché par Gabriel Attal est de garantir une "impunité zéro" et de favoriser une "sanction immédiate" pour les jeunes délinquants. Ces mesures visent à répondre à une "violence qui se répand" et à adapter les règles pénales à cette réalité.


Débats et critiques

Ces propositions répressives soulèvent des débats et des critiques, notamment sur leur efficacité réelle dans la prévention de la délinquance juvénile et sur les conséquences potentielles pour les jeunes concernés. Certains s'inquiètent également de l'impact sur le système judiciaire et sur les droits des mineurs.


Un débat à suivre sur les orientations de la justice des mineurs

La réflexion engagée par le gouvernement sur la justice des mineurs ouvre un débat crucial sur les orientations à prendre pour répondre à la délinquance juvénile. Les mesures répressives envisagées par Gabriel Attal soulèvent des questions sur les équilibres entre répression et prévention, ainsi que sur le respect des droits des jeunes dans le système judiciaire.

4 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page