top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Victimes de violence : les enfants et adolescents handicapés à Madagascar



Les résultats d'une analyse de la situation des enfants handicapés à Madagascar, menée par l'UNICEF à partir de données issues de diverses sources telles que le Multiple Indicator Cluster Surveys (MICS 2018), l'Analyse des privations multiples superpose (MODA 2020) et le Recensement général de la population et de l'habitat (RGPH 2018), révèlent une réalité préoccupante. Les enfants et adolescents malagasy, en particulier ceux en situation de handicap, évoluent dans un environnement social difficile, marqué par de nombreuses difficultés accentuées par leur condition de personne handicapée.


Le rapport met en lumière un chiffre alarmant : près d'un quart (24,11%) des enfants et adolescents handicapés interrogés déclarent être très souvent victimes d'abus et de violences, contre 17,67% chez leurs pairs non handicapés. Les violences physiques représentent la forme la plus courante de maltraitance, touchant 50,64% des enfants et adolescents handicapés et 65,18% de ceux sans handicap. Les menaces et les préjudices psychologiques constituent la deuxième forme de violence la plus fréquente, avec 20,51% des cas chez les enfants handicapés. Les discriminations, les abus financiers, les fraudes et les vols (d'effets personnels, d'argent ou de biens divers) constituent la troisième catégorie d'abus et de violence la plus subie par ce groupe vulnérable.


Les auteurs de ces abus et violences sont principalement les camarades (64,74% des enfants/adolescents handicapés et 50% chez ceux non handicapés) et les voisins (46,79% des enfants/adolescents handicapés et 72,32% chez ceux non handicapés).


Les enfants et adolescents en situation de handicap dépendent souvent de l'aide d'autres personnes pour accomplir certaines ou l'intégralité de leurs tâches quotidiennes. Cette dépendance accrue les rend plus vulnérables que leurs pairs non handicapés. Environ 61,79% des enfants et adolescents handicapés reçoivent de l'aide dans leurs activités quotidiennes, comparativement à seulement 36,75% des enfants et adolescents non handicapés, selon l'étude.


Une analyse plus approfondie révèle que davantage d'enfants/adolescents handicapés en milieu urbain (65,42%) reçoivent de l'aide que ceux en milieu rural. De plus, les données mettent en évidence une disparité entre les sexes, avec moins de filles handicapées (61,11%) recevant de l'aide par rapport aux garçons handicapés (62,46%). Cette tendance se retrouve également chez les enfants/adolescents non handicapés, soulignant les discriminations et les injustices auxquelles les filles sont confrontées.


Les résultats de cette analyse soulignent la vulnérabilité des enfants et adolescents en situation de handicap à Madagascar, exposés à des taux élevés de violence et d'abus. Il est impératif que des mesures soient prises pour protéger ces jeunes et garantir leur sécurité, tout en luttant contre les discriminations et les inégalités auxquelles ils sont confrontés.

bottom of page