top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Virage politique en Argentine : l'ascension de Javier Milei


L'élection de Javier Milei à la présidence de l'Argentine marque un tournant remarquable dans le paysage politique du pays. Cet économiste ultralibéral et figure controversée de l'extrême droite a remporté une victoire inattendue avec 55,6 % des voix, marquant un écart significatif avec la gouvernance péroniste de centre-gauche traditionnelle du pays.


La bataille décisive

La victoire électorale de Javier Milei, le 19 novembre 2023, fut l'apogée d'une saison de campagne particulièrement tendue et imprévisible, une première en quarante ans de démocratie nationale. L'anticipation s'était construite sur des semaines alors que la course était projetée comme très serrée, mais l'avance de Milei est venue comme une surprise pour beaucoup. Sa victoire annonce une nouvelle ère pour l'Argentine, avec Milei qui s'engage à mettre fin à ce qu'il décrit comme le "déclin" du pays et à commencer sa "reconstruction".


Le choix d'une nation

Le dernier tour de scrutin a vu Milei affronter le centriste Sergio Massa, qui a reconnu sa défaite lorsque le décompte final a montré une préférence claire pour le candidat de droite. Environ 36 millions d'Argentins étaient confrontés à deux visions radicalement différentes pour l'avenir de leur pays, et le choix a été décisif. Massa, politicien expérimenté, avait proposé un redressement économique progressif tout en préservant l'État-providence – une pierre angulaire de la culture argentine.


Le profil atypique de Milei

En contraste, Javier Milei, 53 ans, un "anarcho-capitaliste" dans l'âme, a fait irruption sur la scène politique avec la promesse de démanteler la "caste parasitaire" établie et de réformer l'"État ennemi". Il prévoit de mettre en œuvre des réformes économiques radicales, y compris la dollarisation de l'économie. Climatosceptique affirmé, Milei rejette le réchauffement climatique comme un cycle naturel plutôt que comme une crise d'origine humaine.


Un pays à la croisée des chemins

L'Argentine, la troisième économie d'Amérique latine, est à la croisée des chemins, aux prises avec une inflation à trois chiffres, des niveaux significatifs de pauvreté, une dette intimidante et une monnaie en chute libre. La population, épuisée par des prix en spirale et des salaires stagnants, a été poussée à bout. Le discours de victoire de Milei n'a pas évité sa position intransigeante sur les réformes économiques et son mépris pour les demi-mesures.


Politiques controversées et tactiques de campagne

Milei a attiré un vote de "bronca" – un vote de colère – mais sa rhétorique concernant la réduction des dépenses publiques et la déréglementation du marché des armes à feu a suscité des inquiétudes. De plus, sa campagne a été entachée de suggestions de fraude potentielle, bien qu'aucune plainte formelle n'ait été déposée. Cette tactique rappelait les approches controversées de figures telles que Donald Trump et Jair Bolsonaro, contre lesquelles Massa avait mis en garde.


Nouvelle direction pour l'Argentine

Alors que Milei entre en fonction, l'avenir de l'Argentine est en suspens avec des promesses de changement radical. Son engagement à restructurer les finances du pays et à aborder les problèmes de la banque centrale se trouve au premier plan de son agenda. Malgré les controverses et les craintes entourant son ascension, l'élection de Javier Milei signale indéniablement un nouveau chapitre pour l'Argentine – une nation qui a choisi de naviguer à travers ses défis sous la bannière du libéralisme économique radical et une promesse de liberté sans entrave.

7 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

留言

評等為 0(最高為 5 顆星)。
暫無評等

新增評等
bottom of page