top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Mohenjo-daro : un joyau archéologique de la civilisation de la vallée de l'Indus

Situé dans la province du Sind au Pakistan, Mohenjo-daro est l'un des sites archéologiques les plus importants de la civilisation de la vallée de l'Indus, révélant les vestiges d'une des plus grandes cités de l'Âge du bronze indien.



Mohenjo-daro, littéralement "le mont des Morts", est un site archéologique de premier plan qui offre des aperçus précieux sur la civilisation de l'Indus. Fondée vers 2600 av. J.-C., cette ville fut abandonnée vers la fin du XVIIIe siècle av. J.-C., probablement en raison de changements dans le cours du fleuve Indus. Son remarquable état de conservation en fait une source d'informations inestimable sur l'urbanisme, la société et les pratiques de cette civilisation antique.


Historique des Découvertes Archéologiques

Premières découvertes et fouilles initiales : Mohenjo-daro fut identifié pour la première fois en 1912 par John Faithfull Fleet, qui découvrit une série de sceaux sur le site. Les premières fouilles furent menées entre 1922 et 1927 par R. D. Banerji, suivies par Madho Sarup Vats et Kashinath Narayan Dikshit sous la direction de John Marshall. Ernest MacKay poursuivit les fouilles de 1927 à 1931, tandis que Mortimer Wheeler compléta ces travaux en 1950.


Fouilles et découvertes récentes : Les fouilles ont révélé que Mohenjo-daro s'étendait sur plus de 200 hectares, bien plus que ce qui avait été découvert dans les années 1920. Avec ces découvertes, la civilisation de l'Indus fut mise en lumière, révélant une société urbaine avancée, jusqu'alors inconnue.


Caractéristiques de l'Urbanisme et de l'Architecture

Urbanisme planifié : Mohenjo-daro est la plus vaste des villes harappéennes, avec une superficie de plus de 200 hectares. La ville est organisée autour de deux ensembles principaux : la ville basse à l'est et la citadelle à l'ouest. La ville basse était divisée en un plan en grille avec des rues larges, dont certaines atteignaient 10 mètres de large, et un réseau de drainage sophistiqué.


Construction et matériaux : Les constructions étaient réalisées en briques séchées au soleil et cuites au four, une caractéristique distinctive de l'Indus qui assurait une plus grande longévité aux bâtiments. Les maisons disposaient souvent de salles de bains, de latrines et de systèmes de drainage des eaux usées, démontrant un haut niveau de confort et d'ingéniosité.


Les Deux Villes : Citadelle et Ville Basse

Citadelle : La citadelle, protégée par une muraille épaisse, comprenait des édifices monumentaux tels que le "grand bain", un immense réservoir entouré de petites pièces, et de grands greniers. Ces structures suggèrent une organisation sociale complexe et une maîtrise avancée des techniques de construction.


Ville basse : La ville basse, s'étendant sur environ 80 hectares, était peut-être entourée d'une muraille. Elle était divisée en blocs d'habitation, avec des rues organisées en grille et un système d'égouts sophistiqué. La ville était également équipée de plus de 700 puits, assurant un approvisionnement en eau constant pour ses habitants.


Découvertes Archéologiques et Artéfacts

Vestiges remarquables : Parmi les découvertes notables figurent une grande quantité de sceaux en terre comportant des inscriptions, ainsi que des objets en pierre tels que la statuette de stéatite appelée "Roi-Prêtre" et la célèbre statuette en bronze de la "Danseuse". Ces artefacts offrent un aperçu unique de l'art et de la culture harappéens.


Société et organisation : Les plans urbains et les constructions suggèrent que Mohenjo-daro et Harappa faisaient partie d'une même aire culturelle, partageant des normes architecturales et possiblement une communauté de gouvernement. Les inhumations simples et l'absence de palais ou de temples indiquent une société sans divisions sociales marquées et avec peu de traces d'activité militaire.


Histoire et Abandon de la Ville

Destruction et reconstruction : Mohenjo-daro fut détruite et reconstruite au moins sept fois, probablement en raison des crues de l'Indus. À chaque reconstruction, la nouvelle ville était édifiée au-dessus de l'ancienne, créant des couches archéologiques distinctes.


Causes de l'abandon : Les raisons exactes de l'abandon de Mohenjo-daro restent incertaines, mais des hypothèses incluent des changements dans le cours de l'Indus, des séismes et des sécheresses, qui auraient rendu la ville inhabitable.


Importance de Mohenjo-daro : Mohenjo-daro demeure un témoignage exceptionnel de la civilisation de la vallée de l'Indus. Ses vestiges offrent des leçons précieuses sur l'urbanisme, la société et les technologies de l'Âge du bronze. À travers les fouilles et les recherches continues, ce site emblématique continue d'enrichir notre compréhension de l'une des plus grandes civilisations anciennes.

3 vues0 commentaire

Comments


bottom of page