top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Protection de l'enfance : repenser les méthodes disciplinaires à Madagascar


Dans le contexte malgache, la violence à l'encontre des enfants, particulièrement au sein de leur environnement immédiat, demeure un sujettabou et complexe. Bien que les enfants aient le droit fondamental d'être protégés contre toutes formes de violence, la réalité sur le terrain est tout autre, les exposant à diverses formes de maltraitance souvent normalisées par la société.

Statistiques alarmantes et perceptions troublantes Une étude révélatrice réalisée en 2018 a mis en lumière l'ampleur de la violence subie par les jeunes à Madagascar. Avec un taux stupéfiant de 89% des jeunes ayant subi des châtiments corporels dans leur famille, la situation est d'autant plus préoccupante que 65% des participants à l'étude ont exprimé une acceptation troublante de tels comportements, les considérant comme une méthode disciplinaire standard à domicile.

La maltraitance : un concept mal compris La divergence des opinions sur ce qui constitue la maltraitance entrave les efforts pour lutter contre ces pratiques. Selon la loi 2007-023, la maltraitance englobe tout acte de violence, qu'il soit physique ou moral, ainsi que la négligence et l'exploitation sous toutes ses formes. Cela implique que toute sanction nuisant à l'intégrité physique ou émotionnelle de l'enfant, que ce soit à la maison, à l'école ou dans tout autre contexte, est inacceptable et constitue une forme de maltraitance.

La normalisation de la violence dans la discipline Malgré la clarté de la loi, les pratiques disciplinaires abusives restent courantes à Madagascar. Des actes comme les châtiments corporels ou les humiliations publiques sont souvent considérés comme des stratégies éducatives valides. Ces pratiques, perçues comme des outils de socialisation et d'éducation, dépassent rarement les murs du domicile familial, ce qui complique la détection et la prévention des cas de maltraitance.

Le défi de la visibilité et de l'intervention L'un des principaux obstacles à la lutte contre la maltraitance est le secret qui entoure ces pratiques. Les incidents se déroulent généralement en privé, à l'abri des regards, ce qui rend difficile pour les autorités et les organisations de protection de l'enfance d'identifier et d'intervenir dans les cas de violence.

Nécessité d'une réforme culturelle et éducative Il est impératif de repenser les normes culturelles et les méthodes éducatives pour mettre fin à la violence contre les enfants. Cela implique de mener des campagnes de sensibilisation pour changer la perception de la discipline, de renforcer les capacités des éducateurs et des parents dans les méthodes de discipline positives, et d'impliquer les communautés dans un dialogue constructif sur les droits de l'enfant.

Vers un environnement protecteur pour chaque enfant La route vers l'éradication de la violence envers les enfants à Madagascar est semée d'embûches, notamment celles dues aux perceptions culturelles ancrées. Cependant, avec une approche multi-facettes impliquant une législation renforcée, une éducation communautaire et un engagement à changer les mentalités, un avenir où chaque enfant grandit dans un environnement aimant et sécurisé est à portée de main.


bottom of page