top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Qui est Antigone le Borgne ?

Antigone le Borgne, général d'Alexandre le Grand et fondateur de la dynastie des Antigonides, a marqué l'Histoire par ses exploits militaires et son rôle crucial dans les guerres des Diadoques.



Né en 382 av. J.-C. en Élimée et mort en 301 av. J.-C. à la bataille d'Ipsos, Antigone le Borgne est l'un des principaux Diadoques d'Alexandre le Grand. Sa carrière militaire et ses ambitions politiques ont façonné l'époque hellénistique.


Les débuts de sa carrière

Antigone est né en 382 av. J.-C. en Élimée, Macédoine. La question de ses origines, modestes ou aristocratiques, est débattue parmi les historiens. Fils d'un certain Philippe, il pourrait appartenir à une famille noble, voire princière. Son mariage avec Stratonice, fille de Corragos, renforce cette hypothèse. Antigone sert d'abord Philippe II comme officier et compagnon (hétaire) et fait partie de l'entourage d'Alexandre, voire du Conseil royal.


En 334 av. J.-C., il est nommé stratège du corps des alliés grecs de la Ligue de Corinthe lors de l'expédition d'Alexandre en Asie. Alexandre lui confie ensuite la satrapie de Grande Phrygie après la victoire du Granique. Sa mission est de pacifier la région et de contrôler les lignes de communication avec la Grèce.


Satrape de Grande-Phrygie

Antigone démontre ses qualités militaires et diplomatiques en Grande-Phrygie. La région est stratégique, constituant le point d'aboutissement des routes venant de l'Orient. En 332 av. J.-C., il reçoit un « commandement général » pour repousser une contre-attaque perse en Anatolie. Il remporte trois batailles en Cappadoce et en Paphlagonie, expulsant les Perses d'Anatolie.


Sous son administration, la Grande-Phrygie connaît dix années de paix. Il contrôle les routes commerciales et maintient une forte pression fiscale. En 323 av. J.-C., Antigone a pleinement réalisé la tâche confiée par Alexandre. Cependant, aucune source ne vient étayer ses relations avec le roi.


Rôle dans les guerres des Diadoques

Après la mort d'Alexandre en 323 av. J.-C., Antigone joue un rôle crucial dans les guerres des Diadoques. Maintenu à la tête de ses possessions à l'issue des accords de Babylone, il s'oppose à Eumène de Cardia et remporte la bataille de Gabiène en 316 av. J.-C. Il s'oppose ensuite à Séleucos, Cassandre et Ptolémée.


Entre 315 et 314 av. J.-C., il promulgue le décret de Tyr accordant la « liberté des Grecs » et fonde la Ligue des Nésiotes. La paix de 311 renforce sa mainmise sur une grande partie de l'Asie Mineure. Son fils Démétrios mène le combat en Grèce et prend le contrôle d'Athènes en 307 av. J.-C.


Roi d'Asie

En 306 av. J.-C., Antigone se proclame roi et poursuit la lutte en Grèce. Son fils Démétrios remporte la victoire navale de Salamine de Chypre et entreprend le siège de Rhodes. Ces succès incitent Antigone à poursuivre ses ambitions impériales.


Confronté à une coalition des Diadoques, Antigone est vaincu et tué à la bataille d'Ipsos en 301 av. J.-C. Ses possessions sont partagées entre les vainqueurs. Cependant, son héritage perdure à travers la dynastie des Antigonides qui règne en Macédoine après sa mort.


Fondateur de l'État hellénistique

Antigone le Borgne, par ses exploits militaires et ses ambitions politiques, est considéré par nombre d'historiens modernes comme le fondateur de l'État hellénistique. Sa volonté de libérer les cités grecques et d'établir une hégémonie sur l'Asie Mineure ont marqué l'histoire de l'époque. Son héritage perdure à travers la dynastie des Antigonides et son influence sur l'art de la guerre et la politique hellénistique.

4 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page