top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Qui est Teodoro Obiang Nguema Mbasogo ?



Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, né le 5 juin 1942 à Acoacán, dans le district de Mongomo, est une personnalité politique équatoguinéenne. Il est président de la république de Guinée équatoriale depuis le 3 août 1979, faisant de lui l'un des chefs d'État les plus anciens en exercice dans le monde, avec plus de 44 ans passés au pouvoir. Sa longue présence au pouvoir et son règne sans partage ont marqué l'histoire politique de son pays et suscité de nombreuses controverses.


Teodoro Obiang Nguema Mbasogo est le troisième enfant d'une fratrie de dix enfants. Il commence ses études à l'école officielle de Mongomo avant de poursuivre sa scolarité au groupe scolaire Cardinal de Cisneros à Ebebiyin. En 1963, il intègre les cadets de la garde territoriale, puis l'année suivante, il rejoint l'Académie générale militaire de Saragosse, en Espagne, où il se spécialise dans la conduite de véhicules militaires.


La carrière militaire de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo débute en 1965 au sein de la garde territoriale de Guinée équatoriale. En 1968, sous la présidence de son oncle Francisco Macías Nguema, il occupe divers postes au sein du gouvernement, notamment celui de commandant de l'armée et des régions militaires de la capitale, puis de vice-ministre des Forces armées populaires. Durant cette période, il est associé à la dictature sanglante de son oncle.


En 1979, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo renverse son oncle Francisco Macías Nguema, qu'il accuse de violations systématiques des droits de l'homme. Il prend le pouvoir en tant que président du Conseil militaire suprême, puis est nommé président de la République en 1982. Depuis lors, il a été réélu à plusieurs reprises, dans des élections largement contestées et critiquées pour leur manque de transparence et d'équité. Son parti, le Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE), fondé en 1987, a dominé la scène politique du pays malgré l'introduction du multipartisme en 1992.


La gouvernance de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo est généralement qualifiée de dictature, marquée par la répression politique, les atteintes aux droits de l'homme et la corruption généralisée. Sous son régime, la Guinée équatoriale figure parmi les pays ayant l'un des pires bilans en matière de droits de l'homme dans le monde. Les opposants politiques et les défenseurs des droits de l'homme sont régulièrement harcelés, emprisonnés et parfois même tués.


Une grande partie de la richesse de la Guinée équatoriale provient de ses réserves pétrolières, découvertes dans les années 1990. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a supervisé l'émergence du pays comme un important producteur de pétrole, ce qui a contribué à accroître son influence régionale et internationale. Cependant, cette richesse pétrolière a également été associée à des accusations de corruption et de trafic de drogue, dont le président et sa famille ont été largement accusés de bénéficier.


La famille d'Obiang, notamment son fils Teodorín Obiang, vice-président du pays, a été accusée de corruption et de détournement de fonds publics à grande échelle. Des enquêtes ont révélé des preuves de comptes bancaires offshore, d'acquisitions de biens immobiliers de luxe et d'autres actifs à l'étranger, financés par des fonds publics détournés. Teodorín Obiang a été condamné en juillet 2021 à trois ans de prison avec sursis et à une amende de 30 millions d'euros pour blanchiment d'argent.


Malgré les accusations de corruption et de violations des droits de l'homme, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a reçu plusieurs distinctions internationales et nationales, notamment le titre de docteur honoris causa de l'université d'économie de l'Oural et le Grand collier de l'ordre de Lakandula des Philippines. Cependant, certaines de ses récompenses ont été critiquées comme des tentatives de blanchiment d'image, particulièrement le Prix Obiang décerné par le gouvernement équatoguinéen et l'UNESCO pour la recherche en sciences de la vie.


Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a dominé la scène politique de la Guinée équatoriale pendant plus de quatre décennies, laissant derrière lui un héritage marqué par la dictature, la corruption et les violations des droits de l'homme. Son régime autoritaire a maintenu un contrôle strict sur le pays et a étouffé toute opposition politique. Malgré les critiques nationales et internationales, il reste au pouvoir, continuant à exercer une influence considérable sur la politique et l'économie de son pays.

Comments


bottom of page