top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Andry Rajoelina : investiture imminente et enjeux constitutionnels


Andry Rajoelina sera proclamé président par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC). L'investiture du président réélu est attendue avant la fin de l'année, probablement le 12 décembre, jour de son entrée en politique en 2007. Une cérémonie prévue soit au stade Barea, soit à Mahamasina, marquant un troisième succès électoral consécutif après 2018, instaurant une succession inhabituelle de son propre mandat.

La normalisation constitutionnelle Cette victoire mettra fin à l'imbroglio institutionnel causé par des décisions contradictoires de la HCC, rétablissant la normalité constitutionnelle et conférant à Rajoelina son rôle de chef suprême des forces armées. Le contexte électoral semble se dessiner de façon claire et nette, loin du suspense d'un match sportif, avec une avance significative du candidat numéro 3.

Transition et gestion de l'État Richard Ravalomanana, qui a assumé le rôle de chef d'État par intérim pendant un mois, assistera à la passation entre Rajoelina et lui-même. Cette transition rapide, loin de la date officielle de fin de mandat, souligne un retour rapide à la stabilité constitutionnelle.

Répercussions sur la gouvernance Cette investiture marquera la reprise effective du contrôle présidentiel sur les forces armées, éliminant toute ambiguïté institutionnelle. Les irrégularités éventuelles du scrutin ne semblent pas influencer le résultat final, contrastant avec un match sportif où le suspense règne jusqu'au dernier instant. Le processus électoral confirme la continuité du mandat présidentiel, marquant une transition politique sans secousses majeures. L'investiture à venir souligne la normalisation institutionnelle, établissant Andry Rajoelina pour un nouveau mandat présidentiel avec une forte légitimité institutionnelle.


11 vues0 commentaire

תגובות

דירוג של 0 מתוך 5 כוכבים
אין עדיין דירוגים

הוספת דירוג
bottom of page