top of page

L'ACTUALITÉ DEPUIS 1929

Investiture d’Andry Rajoelina : un possible boycott politique en vue


L'investiture du président Andry Rajoelina en 2018 était saluée comme un exemple d'alternance démocratique, marquée par la présence du président sortant Hery Rajaonarimampianina et de l'ancien président Marc Ravalomanana, candidat malheureux du second tour, lors de la cérémonie d'investiture. Cependant, à l'approche de l'investiture prévue pour le 16 décembre 2023, il semble que la situation soit différente cette fois-ci, avec des signes de boycott politique en vue.


Un contexte de contestation électorale

Le climat politique en 2023 est marqué par la contestation des membres du Collectif des candidats qui continuent de remettre en question les résultats des élections, malgré les messages de félicitations venant de diverses parties du monde qui reconnaissent la réélection d'Andry Rajoelina. Cette contestation persistante soulève des questions sur la participation des candidats à l'élection présidentielle lors de la cérémonie d'investiture.


L'absence attendue des candidats

Il est peu probable que les candidats à la dernière présidentielle, à l'exception de Sendrison Daniela Raderanirina, soient présents à Mahamasina le 16 décembre pour l'investiture d'Andry Rajoelina. Cette absence témoignerait de la division persistante entre les candidats et de leur refus de reconnaître les résultats électoraux. Cette situation souligne les défis auxquels est confrontée la démocratie malgache.


L'absence possible de la présidente de l'Assemblée nationale

Une absence assourdissante est également attendue de la part de la présidente de l'Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, qui dirige l'alliance de ceux qui ne reconnaissent pas l'élection du 16 novembre. Cette absence refléterait le profond clivage politique au sein des institutions malgaches et mettrait en lumière la polarisation politique qui persiste dans le pays.


Un possible boycott des chefs d'églises

Selon des informations récentes, les chefs d'Églises membres du FFKM envisageraient également de boycotter la cérémonie d'investiture d'Andry Rajoelina. Cette décision, si elle se concrétise, pourrait avoir un impact significatif sur la cérémonie et marquerait une prise de position politique claire de la part des chefs religieux.


L'appel à la neutralité des chefs d'églises

La participation des chefs d'Églises à la politique lors de l'élection présidentielle de 2023 suscite des inquiétudes quant à leur crédibilité en tant que guides spirituels. Il est temps pour les chefs religieux de mettre de côté l'ingérence dans la politique et de se concentrer sur leur mission principale, qui est de prêcher l'Évangile. En cette période de l'approche de la célébration de la fête de la nativité, il est essentiel que les chefs d'Églises jouent un rôle de médiation et de réconciliation dans la société malgache.


L'investiture d'Andry Rajoelina prévue pour le 16 décembre 2023 s'annonce comme un événement politique sous tension, avec des absences attendues de candidats et de chefs d'Églises. Cette situation reflète les divisions persistantes au sein de la société malgache et soulève des questions sur l'avenir de la démocratie dans le pays. Il est essentiel que toutes les parties prenantes s'engagent dans un dialogue constructif pour résoudre les différends politiques et favoriser la stabilité et le développement de Madagascar.

bottom of page