top of page

L'ACTUALITÉ DE LA GRANDE ÎLE DEPUIS 1929

Moratoire sur la vanille de Madagascar : une respiration pour un secteur en crise


La filière vanille de Madagascar respire un peu. Après d'intenses négociations, un moratoire a été accordé sur la date d'application du nouveau taux de résidus de nicotine fixé par l'Union européenne (UE). Initialement prévu pour entrer en vigueur le 15 septembre 2023, la nouvelle limite ne sera applicable qu'en janvier 2024. Une task force composée de plusieurs ministères malgaches a réussi à obtenir ce délai, offrant une marge de manœuvre pour de nouvelles négociations.


Les nouvelles limites européennes : une menace pour la filière

L'Union européenne a récemment décidé de réduire drastiquement le taux de résidus de nicotine tolérés dans plusieurs denrées alimentaires, y compris la vanille. Le nouveau taux fixé est de 0,02 mg par kilo, contre 0,3 mg précédemment. Une telle mesure serait catastrophique pour la filière vanille de Madagascar. En effet, si cette limite était appliquée, au moins 80 % des gousses de vanille malgaches seraient exclues du marché européen.


Une période noire pour la vanille malgache

Le secteur de la vanille à Madagascar traverse actuellement la période la plus sombre de son histoire. La chute des volumes d'exportation et l'échec de la politique des prix menée par les autorités ont déjà porté un coup sévère à cette industrie. À cela s'ajoute la baisse dramatique des prix de la vanille verte sur le marché local, au point que des tonnes de vanille ne trouvent pas preneurs dans plusieurs zones de production.


Enjeux et perspectives

Le moratoire offre un sursis crucial pour les autorités malgaches. Elles ont maintenant jusqu'à janvier 2024 pour persuader la Commission européenne de revoir ses dispositions sur les taux de résidus de nicotine. Le défi est colossal, mais l'enjeu n'est rien de moins que la survie de la filière vanille de Madagascar, qui représente une part importante de l'économie du pays et de nombreux emplois.


Le moratoire sur l'application du nouveau taux de résidus de nicotine dans la vanille offre une lueur d'espoir dans un contexte autrement sombre pour la filière vanille à Madagascar. Cependant, la route vers la stabilisation et la prospérité est encore longue et semée d'embûches. Les mois à venir seront cruciaux pour l'avenir de ce secteur clé de l'économie malgache. Il appartient maintenant aux autorités et aux parties prenantes de saisir cette opportunité pour revitaliser un secteur en péril.

46 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page